La grotte des Caranques, sortie spéléo du 8 mars 2015 Un nouveau défi pour Camille, Corinne et Manon

1484677_10204811846510035_6366378044908621567_n

De gauche à droite: Camille, Corinne, Manon

Ma méconnaissance de la spéléo est telle que j’avais infligé à cette belle baume le nom de grotte des Carottes.

Éclats de rire de Camille à l’évocation de ce nom, quelques doutes m’ayant habitée.

7 H  du matin   MANON  ma fille de passage à Nice pour quelques jours et moi attendons au pied de l’immeuble  CHRISTIAN le grand Manitou

8 H 15 : Arrivée au pied de la montée, nous les filles, commençons à nous inquiéter devant ce qui nous attend, pendant que l’équipe d’encadrement arrive progressivement ; lorsque celle-ci est complète , nous nous lançons à l’attaque de la montée ; celle -ci devient rapidement raide , voire très raide  avec passages d’éboulis .

Cette grotte ne se donne pas facilement, la montée  représente déjà un gros effort

Par un heureux hasard  le jour où la grotte des Caranques  était programmée, il pleuvait. En définitive, ma première  expérience en spéléo depuis que j’ai des difficultés à me déplacer reste la grotte de Mons

Mais revenons à notre grotte des Caranques ; la montée très raide est une rude épreuve, les passages d’éboulis fréquents, il faut rester vigilant pour ne pas faire partir de pierres.

Arrivée enfin à l’entrée de la grotte : repos, restauration rapide en attendant les retardataires.

L’entrée est étroite, très étroite , notre descente aux enfers débute par une échelle métallique  posée sur un bloc  , puis par un éboulis étroit sur quelques mètres  auquel succède un passage à plat ,  en rampant  avec les bras avec retournement obligatoire à mi- parcours ,le tout ajouté  d’une  humidité très rafraîchissante due à l’eau dans laquelle nous pataugeons..

Ma fille Manon me jette un regard noir, mais suit sans piper mot  et passe sans problème, enfin  c’est le tour à Camille qui rit aux éclats, car un certain  “DIDOU “l’accompagne et la surveille de près, ces messieurs  ne manquent pas d’humour !

Nous  arrivons progressivement à nous remettre en version bipède et nous découvrons une salle immense, où scintillent sous nos lampes  toutes les formes possibles de concrétions dues au travail de l’eau  et au  dépôt de calcite, ce travail ayant débuté il y a des millions d’années

Descente en rappel au milieu de ces merveilles pour arriver au bas de cette salle enchantée : draperies, stalactites, stalagmites , piliers, perles d’eau dans les gours où une eau d’une extrême limpidité cours  .

Mais mon coup de cœur va vers des concrétions extrêmement fines, graciles et fragiles, appelées fistuleuses  qui descendent du plafond et dans lesquelles on visualise parfaitement  le travail de l’eau grâce à leur transparence ; certaines sont longues ;d’autres se bouchent subissant l’équivalent d’une thrombose de la voie principale et mais le travail de l’eau riche en calcite créent des dérivations qui peuvent partir jusqu’à 90 degrés; je trouve ce travail de la nature absolument extraordinaire.

Certains ont le privilège de ramper jusqu’à une deuxième salle où se trouve un lac souterrain, d’une extrême pureté..

Par la suite, nous revenons sur nos pas passant de la station debout au 4 pattes , puis au ramper , la fatigue étant plus présente, le dernier passage est plus difficile à passer, pour moi en tout cas, j’ai cru à un moment que je ne pourrai m’en extraire, mais en apercevant l’échelle qui signait la fin des difficultés et la sortie, j’ai pu , centimètre par centimètre, l’atteindre .Puis à nouveau la descente, dans les éboulis toujours aussi raides…la fin d’une très belle journée bien remplie.

Je tiens ici à remercier tous les spéléos qui nous ont accompagnés et encadrés, dont la gentillesse et la simplicité m’ont émue  ainsi que leur solidarité et leur esprit d’équipe.

 

Corinne CRISTOL , le 15 mai 2015

À propos Spéléo Club Garagalh

Le Spéléo Club GARAGALH est une association loi 1901, agrément Jeunesse et sports. Il est affilié à la Fédération Française de Spéléologie (F.F.S.). Le club a été crée en janvier 1980 puis repris en 1994 par les amis de la baume obscure. Cette association, qui regroupe une trentaine de spéléologues dont la spécialité est la recherche et la découverte de nouvelles cavités dans les Pré- Alpes d’Azur, publie ses activités dans son bulletin annuel « GARAGALH ». Le club organise depuis sa création les « Journées Nationales de la Spéléologie » (Spéléologie en Fête).

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils