Mescla partie

 

 

 

Mescla partie

par didier Quartiano

sergio

 

-Allo Didou, on plonge samedi et dimanche à la Mescla,

il y a du monde qui peut nous filer un coup de main ?

-Fred,

samedi je peux pas , j’ai un IRM à passer et le soir c’est la bouffe du club ,pour le

monde je vais voir .

-je te récupère le matos avec Lolo on fait le portage , tu viens plonger dimanche ça te va ?

Ça se refuse pas .

Dimanche 28 juin 2015

à 5h 30 réveil ,je charge les machines.

Me voilà en route vers le Graal.

Après une bonne séance café ,pain au chocolat ,croissant

Nous mettons nos recycleurs sur les épaules ,en route pour la vasque du Siphon 1

9h00

Fred et lolo partent dans le S1

pendant que je constate une première rentrée d’eau dans ma combinaison .

Je passe le S1 .

-Fred je prends L’eau.

-Et alors je vais pas me taper le matos tout seul ,la flotte fait 20 degrés.

Regarde plutôt ton scooter.

-je découvre un magnifique phare LDY de 25 000 lumens en plus de mon Orion 9000 lumens et

mon phare Tilitec 4500 lumens.

_-oui mais Fred je prends quand même beaucoup L’eau .

– il me regarde avec un grand sourire.

Nous plaçons le matériel de notre Hydrogéologue Phillipe Audra sur la machine de Fred .

C’est lui qui ira le plus loin.

La sonde de température derrière ses épaules et les 4 seringues de prélèvements sur une 20L.

Après les dernières vérifications, un bye bye à Lolo et nous passons la tête sous l ‘eau dans le S2 .

Je largue une bouteille 7 L 350 B de surox 40% en haut du puits, nous arrivons sous le miroir en 22 minutes, nous avons 6 mn de palier, nous traînerons dans la zone des dix mètres jusqu’à la 32 ème minute avant de sortir . L’endroit est toujours aussi magique, nous sortons la tête de l’eau et allons poser nos machines .

Sur la droite face à la cascade, de superbes petites concrétions et la piscine du S3.

L’air est parfaitement respirable et, moi je suis bien trempé, mais heureux

Nous faisons passer tout le matos et nous nous rééquipons

D’un coup la wings de Fred se gonfle sans raison

Je bondis sur son robinet de diluant et le ferme, on bricole, on vérifie, tout fonctionne, il n’a pas perdu beaucoup de diluant

Sous nos pieds, le magnifique puits aux cannelures anguleuses !

Fred allume son phare LDY 50000 lumens, il fait jour dans la rivière sans étoiles…

Les négociations commencent entre Fred et moi, je lui accorde 2 minutes d’attente à partir du fil jaune de Stanton au lieu de 4

Nous voilà partis, la caméra clignote sur le casque de Fred, tout est ok, nous allons partager les images du Graal ….et il faut que je sois très propre

sinon, les dossiers vont s’accumuler…

Les galeries sont magnifiquement décorées, séries de rognons de chaille énormes

Au sol, de belles dentelles de roches sorte du désert d’argile, le Sahara liquide, comme disait Francis Le Guen en 1987.

Nous arrivons dans l’Haliocline – 6 m , cet endroit irréel où l’on voit bien la séparation des eaux

L’eau redevient limpide, je vois mon ombre projetée au sol et sur les parois, je pense aux explorateurs précédents, Sessegolo, Le Guen, Stanton, Volanthen, Eric….

Fred me sort de mon rêve, non c’est pourtant réel :

Alors, on les fait ces prélèvements, il se stabilise, moi aussi, je rince les seringues et les remplis, quelques secondes suffisent, je bloque le tout proprement sur sa 20 L et nous repartons.

Les galeries deviennent de plus en plus grandes, un tunnel de métro…

Je m’arrête, me stabilise, je suis de plus en plus lourd, je suis trempé.

Fred me lance 2 mn, Ok et je le vois partir et le suis, il est 30 mètres devant moi dans une galerie monstrueuse, je le vois faire demi-tour, il est déjà à moins 100 m et moi à 78, le fil de Stanton à portée de main.

Le trou m’aspire, il faut faire demi-tour, j’ai pas les gaz pour aller plus profond.

Fred est face à moi, je me rends compte vraiment de l’immensité du lieu…

On remonte tranquillement en profitant des jeux de lumière, je pense à mon ami Eric Establie qui a lâché son dévidoir là, juste un peu plus loin.. j’éclaire toutes les remontées

ça part partout.

Je me remets derrière Fred pour profiter de l’éclairage, on arrive à la nef, où les eaux arrivent en abondance, quelle Beauté !!!

On ralentit encore, tiens, ACG marqués dans le sol, hé oui, Tchétché a été le premier à plonger ici, chapeau bas monsieur Sessegolo…

Au pied des grandes cannelures, 6 mn de déco s’affiche sur notre ordinateur, nous resterons jusqu’à la 42 ème mn dans le S3, avant de repasser tout le matos et se rééquiper dans le S2

Nous prenons notre temps, contemplant l’endroit et là, je décide de lâcher la palme de Fred. Un grand moment de solitude dans le chocolat où nous pataugeons…

et paf, la main dessus, non ça c’est le pied de Fred…

et repaf, cette fois-ci, c’est la bonne !

Nous glissons dans le nappage brun sur une vingtaine de mètres ,

puis l’eau redeviens claire ,nous lâchons le Fil pour mettre en grand les gaz jusqu’à la remontée avant le S3 bis, nous passons à côté de la ceinture de Djé…

Le dernier passage bas est devant nous, c’est passé, 12 mn pour arriver jusqu’ici.

A partir de là, nous réduisons notre vitesse et sortons le siphon 2 en 42 minutes

Nous sortons la tête, Lolo nous attend, il va nous aider à passer le matos

Je ne prends même pas le temps de me relever, car je suis vraiment plein d’eau, j’y vais en toute délicatesse, comme je sais faire, ma SF TECH en a vu d’autre…

Fred me laisse passer le premier dans le S1 et m’emboite le pas

Nous sortons la tête de l’eau et là, nous sentons une odeur de clope, notre cher président Tonio et son acolyte Sergio sont au rendez-vous, ils viennent nous filer un coup de main pour le portage

Je ne les remercierai jamais assez pour leur tâche ingrate…

Nous prenons une bonne collation avant de sortir sur le parking regarder les images !

Nous frétillons tous de bonheur en pensant à la prochaine plongée…

Participants : Fred Swierseski, Lolo, , Tonio da Cunha, Sergio Santantonio ,Didou

À propos didier quartiano

plongeur

2 plusieurs commentaires

  1. Et l’IRM, ça va ? bisous 🙂

  2. merci de partager ces moments graalitiques !
    Même que cette discipline nous est trop techniques, on capte au moins les émotions humaines. Merci les rapporteurs et à ceux qui permettent aux rapporteurs de rapporter images, histoires, joies,…rêves.

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils